Le logement est un droit

Le droit au logement est un droit universel, reconnu par notre Constitution. Et pourtant, notre pays compte aujourd’hui 4 millions de personnes mal logées, et près de 15 millions sont touchées à des degrés divers. La part des dépenses de logement dans le budget des ménages a explosé : 17 % en 1984 contre près de 25 % aujourd’hui !

Les principales causes de cette situation sont connues :

- la spéculation immobilière et foncière, qui rendent la construction et les loyers plus chers.

- le manque chronique de logements sociaux par défaut de construction : aujourd’hui près de 2 millions de ménages attendent un logement social !

Plutôt que de s’attaquer à ces problèmes, Macron s’attaque aux plus modestes et au mouvement HLM. Il vient de fragiliser un peu plus 6,6 millions de locataires, dont 800 000 étudiants, en baissant leurs APL. Cynique jusqu’au bout, Macron va faire porter le poids de cette baisse sur les bailleurs sociaux déjà fragilisés. Ils verront ainsi leurs fonds propres réduits de 2 milliards d’euros.

Autre trouvaille de Macron : le bail « mobilité » de 1 à 10 mois, qui relie bail et contrat de travail et va agir comme un démultiplicateur de précarité en plaçant le locataire sous la menace permanente d’une expulsion. C’est le cas par exemple en Angleterre où il est devenu la norme, facilitant les procédures d’expulsion.

En plus, les crédits au budget de la politique de la ville ont été réduits de 11 % en juillet dernier. Résultat, tout l’inverse de ce qu’il faudrait : plus de précarité, moins de construction pour répondre aux besoins, moins de rénovation et notamment de réhabilitation thermique. Et pourtant, répondre à ces besoins serait non seulement juste, mais un puissant moteur d’activité et de création d’emplois.

Agir tout de suite

- Revaloriser les APL et supprimer la caution dans le parc privé.
- Mettre sous protection le 1,2 million de personnes menacées d’expulsion locative à plus ou moins brève échéance en interdisant les expulsions sans solutions de relogement.
- Augmenter les taxes sur les logements vacants dans les zones en déficit de logement.
- Encadrer les loyers avec l’objectif que le loyer et les charges ne dépassent pas 20% des revenus du foyer.

Changer de logique

- Construire 200 000 logements sociaux par an et renforcer la loi SRU (vers 30 % de logements sociaux en zone urbaine).
- Créer un service public national et décentralisé du logement, de l’habitat et de la ville s’appuyant notamment sur un pôle public financier, un pôle public de la construction et une agence nationale foncière (pour compenser les surcoûts fonciers). Ce service public se déclinerait en quatre volets :
- Un pôle public financier, appuyé sur la Caisse des dépôts et consignations (CDC), pour financer le logement social.
- Un pôle public de la construction pour casser le monopole des majors du BTP et permettre l’abaissement des loyers et des charges.
- Une agence nationale foncière et décentralisée au niveau des régions, dotée de fonds d’intervention conséquents, pour lutter contre la spéculation du sol, par une maîtrise publique des sols par des baux emphytéotiques et inciter à la construction de logements sociaux dans toutes les communes.
- Des outils publics dont la mission serait de mettre en œuvre localement le droit au logement avec une gestion démocratisée, une représentation renforcée et majoritaire des élus locaux, des représentants des salariés, des associations et des usagers.

Rencontre avec André Chassaigne à Nay mercredi 25 octobre

Tract manifestation du 10 octobre 2017

Nous avons toutes et tous intérêt à des services publics développés, fournis par des agents bien formés et bien payés !

Depuis l’arrivée du nouveau gouvernement, les mesures négatives s’accumulent pour les agents de la fonction publique (gel de la valeur du point indice, retour à la journée de carence, menace de 120 000 suppressions d’emploi...) Ces mesures vont dégrader le pouvoir d’achat de plus de 5,4 millions d’agents publics et fragiliser les services publics rendus aux usagers.

Unité !

Le fait que l’ensemble des syndicats soient tombés d’accord pour contrer ces mesures, faisant preuve d’une unité qui n’est pas automatique, montre que l’enjeu est important et clair pour la majorité des fonctionnaires de toute catégorie. D’autant que ces mesures sont de même inspiration que celles qui frappent les salariés du privé. La plupart des salariés prennent peu à peu conscience que la politique de Macron, qu’on y soit favorable ou pas, ne tiendra même pas ses promesses de développement économique.

Le service public est l’avenir du monde

Les services publics, la Sécurité sociale, ne sont pas que l’héritage d’un passé encore récent. C’est le cœur de la société que nous voulons, d’une civilisation solidaire, et au lieu d’être dégradés par des politiques d’austérité, ils doivent être développés par l’argent disponible (voir notamment les paradis fiscaux) pour permettre l’augmentation générale du niveau de santé, d’éducation, et accessoirement de toute activité économique.

Les communistes proposent un service public du 21e siècle !

• Remise en cause de l’austérité budgétaire pour un nouveau développement des services publics avec abandon du pacte de stabilité et de tout dispositif visant l’austérité budgétaire ; fin de la baisse des dotations aux collectivités locales et moratoire sur les fermetures de services publics ; mobilisation pour de nouvelles recettes.
• Renforcer le maillage des services publics, en particulier dans les territoires suburbains et ruraux. Agir pour leur réimplantation avec gestion démocratique et participative, associant direction, usagers, élus et représentants du personnel.
• Plans d’investissement pour assurer l’ensemble de leurs missions, ce qui implique un plan de formation et de création de postes sous statut et la titularisation des personnels précaires exerçant dans les services publics.

Téléchargez le tract en Pdf :




Fête du Journal liberté - Mauléon - Samedi 26 août 2017

Souscription populaire de la fédération du Pcf 64

Chères et chers camarades, Nous avions 7 élus dans l’Assemblée sortante. Nous avons maintenant 11 élus : Jean-Paul Dufrègne (Allier), Pierre Dharréville (Bouches du Rhône), André Chassaigne (Puy de Dôme), Fabien Roussel et Alain Bruneel (Nord), Jean-Paul Lecoq, Sébastien Jumel et Hubert Wulfranc (Seine maritime), Elsa Faucillon (Hauts de Seine), Marie-George Buffet et Stéphane Peu (Seine Saint Denis). C’est une bonne nouvelle et un point d’appui pour les années à venir. Cependant, les élections (...)

Lire la suite...

Meetin Pau le mercredi 7 juin 18h30

affichette-meeting-pau MEETING PAU - Mercredi 7 juin 18H30, Parc des expositions

Lire la suite...

Rassemblés pour les législatives

facebook-II Notre page facebook des 6 binômes de candidat(e)s pour notre département est en ligne : www.facebook.com/Humaindabord64/

Lire la suite...

Pau et agglomération
Rassemblement contre l’OTAN Mercredi 24 mai 2017

Rassemblement contre l’OTAN Ni guerre, ni Etat de guerre : Mobilisons-nous ! Mercredi 24 mai devant la préfecture de Pau à 18h Le prochain sommet de l’OTAN, organisation initialement créée en mars 1948, se tiendra les 24 et 25 mai dans les (...)

Pau et agglomération
Lettre aux habitants du quartier Saragosse / Rénovation urbaine

Mesdames, Messieurs, Si j’ai décidé de m’adresser directement à vous par cette lettre, distribuée dans vos boites aux lettres et lors de visites dans le quartier, c’est pour vous alerter et vous proposer une réunion publique pour en discuter. Le (...)

Pau et agglomération
Législatives 2017 : Communiqué sur le Front de Gauche

Nous avons pris connaissance des articles relatant les réactions concernant nos propositions de rassemblement aux législatives après les conférences de presse de présentation de nos candidats. Nous rappelons qu’il y a quelques mois de cela, (...)

Oloron
Robert Bareille, candidat sur la 4ème circonscription

Pau et agglomération
Pau : Climat – pollution…. : l’humain d’abord !

Pau et agglomération
Grève au collège Clermont à Pau contre une rentrée marquée par l’austérité

Pau et agglomération
Pau : Conseil municipal du 19/09/2016. Armement police municipale

Hendaye
Position du PCF 64 sur " l’Appel de Bagoaz et la situation des prisonniers "

Hendaye
Sans titre


Les organisations syndicales appellent tous les agents des trois versants de la Fonction publique à une journée d’action, de grève et de manifestations le 22 mars 2018.

video du moment


adherer au pcf

PDF - 55.3 ko
bulletin abonnement les nouvelles des Pyrénées Atlantiques

PCF
l'Humanite
ANECR
MJCF
UEC
Olivier Dartigolles
region acquitainejeunes communistes pyrénées-atlantiques

 
Mentions légales - rss RSS

Fédération du Parti Communiste Français des Pyrénées-Atlantiques

50, avenue Jean Mermoz - 64000 PAU - t. 05.59.62.03.59 - f. 05.59.62.12.15

fait avec spip