Pétition : Appel pour un référendum sur la réforme territoriale en cours

Appel pour un référendum sur la réforme territoriale en cours Pour un nouvel élan démocratique donnons la parole au Peuple

Après la loi d’affirmation des métropoles, la réforme territoriale annoncée tambour battant dans la foulée des élections est en train d’être adoptée au pas de charge, sans débat ni concertation.

Il s’agit de changements majeurs qui mettent en cause le socle républicain en réduisant de façon considérable les espaces d’intervention citoyenne, en portant des coups sévères à la capacité d’action de la puissance publique, en mettant à mal l’égalité entre les territoires.

En balayant les apports créatifs de la décentralisation, ces projets auront pour effet de concentrer les pouvoirs entre les mains de quelques-uns, d’instaurer des tutelles et une technocratie puissante, pour mettre les territoires désincarnés plus encore au service de la concurrence libérale.

Cette restructuration massive s’accompagne d’une volonté farouche de réduire le volume de l’action publique (pacte de responsabilité) et se traduit par une réduction sans précédent des moyens des collectivités locales déjà en difficulté pour assurer le développement de nos territoires et la réponse aux besoins de la population.

Le mouvement sportif, les acteurs culturels, l’éducation populaire en payeront le prix fort, et il en sera de même pour le tissu économique et les services publics locaux. Cette logique doit être refusée et nous devons protéger l’investissement public en rejettant l’austérité programmée. la remise en cause des collectivités locales où nous avons appris à vivre et décider ensemble dans une certaine proximité n’est pas la solution pour remédier aux insuffisances démocratiques et relever les défis de notre temps.

Face à la crise politique, il est urgent de refonder ensemble la république française. Cela doit se faire dans un grand mouvement de réappropriation populaire et d’intervention citoyenne.

C’est pourquoi, nous demandons - c’est là, la seule urgence véritable - un grand débat public ainsi que la consultation de notre peuple par référendum sur la réforme territoriale en cours.

Hommage à la mémoire d’Hervé Gourdel

La lutte contre le terrorisme est une priorité pour les communistes. Le meurtre de notre compatriote, Hervé Gourdel, nous rappelle que des groupes structurés sont prêts à tout pour faire régner la peur et la haine.

Les communistes participeront à tous les hommages nationaux ou locaux en la mémoire d’Hervé Gourdel dans le respect strict des volontés exprimé par sa famille.

Les communistes y participeront pour apporter à la famille et aux proches de la victime toute leur solidarité dans ce moment si difficile et douloureux pour eux. Nous réaffirmons notre indignation face à la cruauté et l’inhumanité des assassins d’Hervé Gourdel et face à celles de tous ceux qui se réclament du djihadisme.

Les communistes y participeront pour réaffirmer que face à ce déchaînement de violence et de haine, ils travailleront sans relâche à la cohésion de notre peuple dans toutes ses composantes et sans discrimination dans la lutte pour l’égalité, la justice et la solidarité.

Les Français ne tomberont pas dans le piège tendu par les terroristes, ou certains extrémistes de l’ordre nouveau. Aucune religion ne prône le recours à une telle barbarie et ne peut servir à justifier de tels actes de terreur. Nous saluons toutes celles et tous ceux qui se lèvent pour manifester leur liberté de conscience et dire non au terrorisme.

« Guerre » contre le terrorisme ou « lutte » contre le terrorisme ?

Le meurtre d’Hervé Gourdel met en premier plan la lutte contre les organisations terroristes. La sémantique n’est pas neutre. La « guerre » contre le terrorisme préconisée par le président de la République fait référence aux mots et à la politique de G.W. Bush après le 11-Septembre.

13 ans plus tard, nous voyons bien que cette stratégie est un échec et un désastre.

Un échec car elle nie que la structuration de ces groupes terroristes a été et est encore aidée par des puissances internationales et régionales comme l’Arabie saoudite, le Qatar, la Turquie et les Etats-Unis eux-mêmes tant qu’ils servaient leurs intérêts ou servaient à diviser les peuples sur lesquels l’« Occident » prétend maintenir sa domination. Aujourd’hui les monstres échappent à leurs créateurs.

Un désastre parce que les 4 000 milliards de dollars mis dans cette « guerre » ont ont pour résultat d’être passé d’1 foyer de djihadistes dans le monde à 13.

Il faut donc changer de politique. Le PCF souhaite qu’une véritable stratégie de lutte contre le terrorisme se mette en place. Cela nécessite d’avoir des objectifs clairs et les moyens financiers et humains d’agir sans compromettre les libertés individuelles. Cela suppose de sortir d’une logique de domination économique, politique et militaire au profit d’une logique de coopération, de développement, de démocratie.

Les meurtres antisémites d’un Merah ou encore le cafouillage du week-end dernier à l’arrivée de 3 djihadistes en provenance de Turquie montrent que notre système de renseignements et de sécurité intérieur ont de sérieuses lacunes.

Les renseignements généraux et les services anti terroristes ont-ils les moyens techniques et humains pour remplir leurs missions ? et surtout quelles sont les priorités et modalités de leur mission ? Le dispositif juridique et législatif de notre pays est suffisant pour répondre à la menace terroriste, il faut encore l’appliquer, et ce dans le respect des droits et libertés.

Le Parlement n’est pas assez associé aux objectifs et moyens mis en œuvre. C’est indispensable pour éviter toute tentation de dérives autoritaires.

Non à la guerre, Oui à des mesures coercitives contre Daesh

Est-ce que les frappes aériennes menées par la France en Irak et par les Etats-Unis en Syrie vont empêcher ce qui s’est passé en Algérie avec le meurtre d’Hervé Gourdel ? A l’évidence non ! La France doit être unie derrière la famille d’Hervé Gourdel. Dans un moment tel que celui-là, la recherche de cohésion s’impose, mais elle ne peut se traduire par taire le débat qui existe sur la manière de mener efficacement ou non la lutte contre le terrorisme, et sur l’aide à apporter à ceux qui en Irak et en Syrie combattent l’ « Etat islamique ».

La force du mouvement Daesh, c’est à la fois de s’appuyer sur une base territoriale et une stratégie économique. Les objectifs militaires de la France au moyen de « frappes » en Irak, même ciblées, sont inefficaces dans la durée. Au lieu de dépenser des millions dans des frappes militaires, il serait plus utile d’aider de manière plus importante les combattants kurdes en Irak et en Syrie, et d’aider l’Irak à reconstruire son armée et son État.

Le terrorisme c’est d’abord une entreprise de la terreur et de conflits

Le terrorisme c’est d’abord une entreprise qui cherche à faire des profits financiers en faisant régner la terreur. Le chiffre d’affaires de Daesh dépasse le milliard de dollars par an. Des mesures internationales doivent être prises pour agir sur les États de la région qui arment et achètent aux groupes terroristes du pétrole, pour agir sur les finances des « émirs » chefs de bandes qui utilisent le terrorisme comme moyen de s’enrichir, et pour agir enfin sur les marchands d’armes qui profitent des trafics.

Parti communiste français, le 26 septembre 2014

La vigilance est nécessaire dans la détermination des subventions aux entreprises

Une des compétences principales du conseil régional est « la promotion du développement économique et social, sanitaire, culturel et scientifique de son territoire et pour assurer la préservation de son identité, dans le respect de l’intégrité, de l’autonomie et des attributions des Départements et des Communes ». Ce qui est généralement traduit dans la réalité en Aquitaine par « Le développement économique, domaine d’action principal de la Région », et se précise par cette définition qui évacue l’aspect de développement social : « L’action économique de la Région comprend notamment la définition du régime des aides économiques aux entreprises et l’élaboration d’un schéma régional de développement économique afin de coordonner les actions de développement économique, promouvoir un développement économique équilibré de la région et développer l’attractivité de son territoire. »

Au nom de nos électeurs, Alain Baché et moi-même, les deux élus du Front de gauche au conseil régional d’Aquitaine, devons donc sans cesse veiller au respect des conditions de travail des salariés dans les entreprises aquitaines, et nous assurer que les financements proposés par le bureau du conseil régional seront utilement utilisés pour développer les entreprises qui en bénéficient ou qui en auraient besoin, et non pas pour accroître les dividendes versés aux actionnaires. Par ailleurs, comme je l’ai expliqué dans mon intervention du 23 juin, lors de l’examen de La délibération N°9 relative au renouvellement de la convention de partenariat entre la région Aquitaine et la direction générale de l’armement, une réflexion sur l’importance de l’industrie des armes en Aquitaine doit être approfondie. Elle doit être menée pour des raisons de fond relatives à l’importance de ces productions létales dans la totalité des richesses produites par les salariés aquitains. Elle doit l’être aussi de façon à pouvoir déterminer quelles fabrications peuvent recevoir l’aval des conseillers régionaux du Front de gauche pour leur financement. Nous ne sommes en effet pas opposés à l’existence et à l’entretien d’une défense nationale républicaine, à condition qu’elle ne soit pas employée dans des « opérations extérieures » que nous ne pouvons pas, politiquement et moralement, approuver.

Les recherches que nous menons dans ce cadre sont difficiles, tant le manque de clarté dans l’utilisation des subventions votées et versées nous empêche de le déterminer aisément. Elles sont encore plus difficiles pour ce qui relève des productions militaires où une obscurité encore plus profonde règne. Nous avons pris contact avec Nathalie Chabanne, député socialiste des Pyrénées-Atlantiques, secrétaire de la commission de la défense à l’Assemblée Nationale, qui nous a assurés de son aide. Mais qui a aussitôt précisé qu’elle ne disposait que de très peu d’éléments, ce qui n’était pas, a-t-elle ajouté, une raison pour ne pas faire ce qu’elle pourrait pour nous aider dans cette recherche. Cela dit, la déclaration du 10 septembre du ministre du Travail, relative au bilan du Crédit d’Impôt Compétitivité Emploi, m’incite à une prudence encore plus grande dans la détermination de mes votes quand on me demandera d’approuver telle ou telle subvention : Il a reconnu que ce dispositif serait sans effet sur l’emploi. Et les quelques exemples de l’utilisation de ces 191 millions d’euros issus de ce CICE, donnés par la fondation IFRAP (proche du patronat) me laissent songeuse…

Comme tout le monde, j’ai entendu le premier Ministre déclarer sa flamme aux entreprises. Compte tenu de cette conséquence du CICE et des autres milliards offerts au grand patronat qui n’en a pas fait un meilleur usage, je subodore que nous n’avons pas, lui et moi, la même définition de l’entreprise. Il n’y voit certainement qu’une entité juridique portée par les propriétaires et les actionnaires, dont le but premier est le profit. Ce qui le conduit à considérer les salaires et les cotisations sociales comme des charges, coupables de peser sur la compétitivité.

Je considère, moi qui aime vraiment les entreprises, qu’une entreprise est un lieu de production de choses ou de services utiles à la société, où le travail des salariés est appréhendé comme source de valeur et de développement. Je partage de ce point de vue fondamental les objectifs de la campagne de mes amis communistes sur le coût du capital, et leurs luttes quotidiennes pour défendre les travailleurs, qui me semblent être ceux qui produisent réellement les richesses.

Alain Baché et moi allons donc poursuivre notre travail d’investigation pour déterminer quel usage est fait des subventions qu’on nous demande de voter, et rechercher quelles TPE, PME en auraient besoin pour survivre et se développer dans un monde qui leur est de plus en plus impitoyable. Sans jamais oublier de rechercher l’avis des salariés et sans jamais oublier de les défendre.

Isabelle Larrouy , conseillère régionale d’Aquitaine (Front de gauche), le 10 septembre 2014




FETE DU JOURNAL LIBERTE - SAMEDI 6 SEPTEMBRE 2014

PETANQUE AU JAI ALAI Nous remercions le CLUB DE PETANQUE pour l’aide qu’il nous apporte pour l’organisation de notre concours annuel. JET DU BUT A 14 H 30… REMISE DES PRIX A LA HAUTE-VILLE POUR TOUS LES AGES, POUR TOUS LES GOUTS THÉÂTRE 15 H 30 sur la Place Pampeya Espel, la Compagnie TOKIA et son spectacle pour enfants. 16 H 30 salle Etchahun… Elle est pas belle la vie !! Saynète écrite par Catherine Anne et Sylvain Levey pour une troupe de comédiens amateurs. Mise en scène de Violette Campo (...)

Lire la suite...

Jaurès, réveille-toi, ils sont devenus fous

Jaurès, réveille-toi, ils sont devenus fous par CN-PCF

Lire la suite...

Palestine :
rassemblement à Pau samedi 12 juillet

Halte à la terreur et aux massacres des civils en Palestine Une vague de répression s’abat depuis plusieurs jours sur toute la Palestine faisant plus de 20 morts dont l’enfant Mohammad Abou-Khdeir, 16 ans, de Jérusalem-Est, enlevé et brûlé vif par des colons, des dizaines de blessés et près de 940 arrestations arbitraires dont celle du Président du conseil législatif et de 12 députés palestiniens. Des raids meurtriers frappent en ce moment Gaza déjà soumise depuis plusieurs années à un blocus illégal, (...)

Lire la suite...

Fête des pins - Tarnos - 5,6 juillet 2014

TRACT-PUB-FETE-DES-PINS-2014

Lire la suite...

Nay
Débat le 9 octobre 2014 /// LE TRAVAIL : UNE RICHESSE, PAS UN COÛT !

Les déclarations conjointes du gouvernement et du MEDEF voudraient nous faire croire que les salariés coûtent cher, que le travail coûte trop cher en France. Comment peut-on nous faire croire que ceux qui mettent leur savoir-faire, quelque fois leur (...)

Hendaye
"Exécution d’Hervé GOURDEL : consternation et indignation"

C’est avec consternation et indignation que nous venons d’apprendre la mort tragique d’Hervé GOURDEL, décapité par le groupe « Jund al-Khilafa ». Les mots pour d’écrire cet acte barbare n’existent pas, tant l’horreur est sous nos yeux. Pierre Laurent, (...)

Hendaye
PETITION - Pour un référendum sur la réforme territoriale

Appel pour un référendum sur la réforme territoriale en cours Pour un nouvel élan démocratique donnons la parole au Peuple Après la loi d’affirmation des métropoles, la réforme territoriale annoncée tambour battant dans la foulée des élections est en (...)

Hendaye
Le président s’enfonce inexorablement dans l’échec

Hendaye
Les communistes de la Section écrivent à Peyuco Duhart

Oloron
RÉUNION D’INFORMATION/DÉBAT

Hendaye
Les communistes de la section d’Hendaye on fait leur rentrée

Hendaye
Rentrée scolaire : déclaration de Pierre Laurent

Hendaye
Démission du gouvernement :

video du moment



adherer au pcf

PDF - 55.3 ko
bulletin abonnement les nouvelles des Pyrénées Atlantiques

PCF
l'Humanite
ANECR
MJCF
UEC
Olivier Dartigolles
region acquitainejeunes communistes pyrénées-atlantiques

 
Mentions légales - rss RSS

Fédération du Parti Communiste Français des Pyrénées-Atlantiques

50, avenue Jean Mermoz - 64000 PAU - t. 05.59.62.03.59 - f. 05.59.62.12.15

fait avec spip