Goodyer : rassemblement à Pau et Bayonne le jeudi 4 février

Jeudi 4 février aura lieu une journée nationale de grève et de manifestations pour les libertés individuelles et collectives et la RELAXE POUR LES 8 SYNDICALISTES DE GOODYEAR.

La justice a condamné les 8 de Goodyear à de la prison ferme. Leur « crime » ? Avoir retenu 30 heures, sans violence, deux dirigeants de l’entreprise qui procédait à la fermeture du site et à 1200 suppressions d’emplois. Le PCF exige l’annulation de ce jugement et l’amnistie pour les militants syndicaux. Ce jugement est un choix du gouvernement, puisque c’est le parquet qui après l’abandon de la plainte de l’entreprise, a décidé de poursuivre les salariés.

Hollande, Valls et le gouvernement ont décidé d’intimider les salariés qui se battent pour leurs droits et leurs emplois, au même moment où le gouvernement décide d’un plan censé combattre le chômage. Celui-ci en fait est un copié collé des demandes du patron des patrons, Gattaz : toujours plus de cadeaux et d’exonérations de cotisations sociales, toujours plus de casse des droits.

Il y a urgence à construire une alternative aux politiques d’austérité, au libéralisme et à la mainmise de la finance sur les choix économiques et industriels du pays.

Dans notre département, la CGT 64, avec le soutien de la FSU, appelle à tous les syndicats à décider avec les salariés d’appels à la grève et à manifester à :
- Pau, 11 h, départ devant le Tribunal
- Bayonne, rassemblement à 18h devant le Tribunal

FILIERE GRAS : DES QUESTIONS ET QUEL AVENIR POUR DEMAIN ?

La décision prise le 15 Janvier 2016 sous l’autorité du Ministre de l’Agriculture d’instaurer à partir du mois d’Avril, un vide-sanitaire total et prolongé pour lutter contre l’influenza aviaire qui touche les élevages de palmipèdes, dans toute la région du grand Sud-ouest (1), suscite une grande inquiétude et nourrit beaucoup d’interrogations parmi les producteurs.

Cela est particulièrement marqué dans notre région où toute la filière, des accouveurs aux transformateurs en passant par les éleveurs, gaveurs, mais aussi fabricants d’aliments, centre d’abattage, transporteurs, ce sont des dizaines de milliers d’emplois qui vont temporairement être réduits au chômage voir supprimés. Et pour les centaines de producteurs familiaux, surtout ceux qui du caneton à la transformation et la vente directe au consommateur cela va être une perte substantielle de revenus pour l’année 2016.

D’autres mesures sanitaires moins lourdes, plus souples étaient-elles, et sont-elles toujours possibles ? Le syndicat des exploitants familiaux en avait formulé. Elles n’ont pas été retenues dans la décision ministérielle. Ce qui n’est pas sans interroger quand on sait que des gros industriels de la filière –coopératives comprises- possèdent des stocks conséquents de foies gras et de magrets. Cette interruption temporaire totale à partir d’Avril de la production au nom de raisons sanitaires, n’est-elle pas pour permettre de résorber ces stocks ?

Cette question est présente dans la tête de beaucoup de producteurs familiaux.

Au-delà quelques autres réflexions méritent d’être abordées.

Les causes de cette épidémie.

Les palmipèdes sains sont porteurs naturellement du virus de l’influenza aviaire. Alors il faut répondre à la question : qu’est-ce-qui permet le déclenchement actif du virus et sa propagation épidémique ? C’est la tâche des scientifiques des chercheurs, des services sanitaires vétérinaires. Il faut que cela se fasse en toute transparence et que toutes les informations soient communiquées aux acteurs de la filière avec les préconisations sanitaires nécessaires pour éviter une nouvelle catastrophe.

Au-delà de cet aspect essentiel, on peut aussi se demander si les conditions d’organisation de cette filière depuis une vingtaine d’années avec spécialisation, concentration de milliers de palmipèdes sur les lieux d’élevage, transport répété entre les différents stades de la production, d’abattage ne sont pas devenus un terrain propice à ses risques sanitaires ?

Ces questions méritent qu’on s’y arrête si l’on ne veut pas demain, après la période de vide-sanitaire, reproduire voire amplifier, comme il faut le craindre, ses mêmes schémas de concentration, de spécialisationdes différents stades de la production. Tout cela sous la conduite des gros industriels de la transformation et au détriment de l’indépendance des exploitations familiales, avec le danger de généralisation « d’éleveurs », de « gaveurs à façon ».

Et demain ?

L’avenir de nos territoires ruraux ne peut résider dans cette voie.

Nous avons besoin pour maintenir une activité économique, humaine, sociale, dense dans nos villages de l’existence d’une agriculture familiale, paysanne, dynamique. Nous avons besoin dans cette filière de palmipèdes gras d’une production de qualité, basée sur des labels, soucieuse de l’environnement, dans des exploitations à taille humaine alliant sur place l’élevage, le gavage, la transformation et la commercialisation de cette production.

C’est ce que demandent de plus en plus les consommateurs.

Il suffit de voir le succès d’initiatives telles que les marchés de producteurs , comme celles des nombreuses fermes auberges.

Pour une indemnisation totale.

Quelles viennent du gouvernement français, de l’Union Européenne, des collectivités territoriales, il est indispensable que les aides financières soient à la hauteur des pertes de revenus considérables que vont subir tous les acteurs de la filière et d’abord les plus modestes. Avec leurs représentants syndicaux et sociaux professionnels, il faut vite chiffrer ces manques à gagner. Dès maintenant, pour les producteurs qui ont déjà abattu tout leur cheptel, et dès le mois d’Avril pour tous les autres, commencer à verser des aides pour éviter des situations difficiles dans les familles. Et pourquoi ne pas, pendant les mois de vide-sanitaire, exonérer les producteurs et autres acteurs de la filière des cotisations sociales à la MSA. On le fait bien et en masse pour alléger les cotisations patronales au motif de favoriser l’emploi. 40 milliards d’euros pour l’année 2015 et comme résultat 600.000 chômeurs de plus depuis 2012, mais aussi avec une progression de 60% des dividendes pour les actionnaires !

En plus, il y a tous les coûts liés aux mesures de désinfection dans les fermes et peut-être à des normes sanitaires plus strictes dans les bâtiments et parcours d’élevage. Là aussi, il faut la solidarité financière nationale.

Et les importations ?

Là aussi il ne faut pas que ce soit un sujet tabou.

Nous savons que certains industriels font élever et gaver des palmipèdes dans certains pays de l’Europe de l’Est et dans des conditions sanitaires et de rémunération sur lesquelles il y a une vraie chape de plomb.

Et importer une partie de cette production en France et dans notre région. Alors là aussi, ayons le courage de s’affranchir des règles européennes de concurrence libre et non faussée, et soyons extrêmement vigilants sur les risques d’importation massives dans les mois qui viennent de produits (foies gras, magrets) venant de ces pays. Et si nécessaire, taxons de façon rigoureuse ses importations, ou supprimons les aides aux entreprises locales et françaises qui seraient tentées de gonfler leurs importations.

(1) Ariège, Aveyron, Corrèze, Dordogne, Gers, Gironde, Haute-Garonne, Haute-Vienne, Landes, Lot, Lot-et-Garonne, Pyrénées-Atlantiques, Hautes-Pyrénées, Tarn, Tarn-et-Garonne + 108 communes de l’Aude, 89 communes du Cantal, 1 commune de la Charente

Les conseillers départementaux PCF-Front de Gauche demandent par la voix de Jean-Marc LESPADE au Président du Conseil Départemental, Henri EMMANUELLI, d’organiser une session extraordinaire sur cette question.

A noter sur vos agendas : une rencontre publique de débats est prévue sur cette question le Mercredi 3 Février (le lieu et l’heure seront communiqués ultérieurement).

Nos engagements en 2016 pour la grande région

Si, comme l’a indiqué F.Hollande lors de ses vœux, nous sommes bel et bien dans un "état d’urgence économique et social" alors, ce dont notre pays a besoin, ce n’est pas d’un "large" rassemblement avec la droite mais d’une politique de gauche et de mesures d’urgence. Cette question sera au cœur de l’action des communistes en 2016. Osons la refondation de la gauche avec toutes celles et tous ceux qui refusent, au nom d’un climat de peur, à faire le deuil de valeurs progressistes et de combats pour la justice, la solidarité et la Paix.

Avec plus de 100 000 suffrages lors du premier tour des élections régionales le 7 décembre dernier dans la nouvelle grande région Aquitaine/limousin/Poitou-Charentes, le mode de scrutin prive le front de gauche d’une légitime représentation dans la nouvelle assemblée régionale installée ce jour à Bordeaux. Cela n’est pas une bonne chose pour la nouvelle collectivité et pour les populations. Alors que notre société va mal, que la crise démocratique et politique s’aggrave et que l’avenir de nos territoires est menacé par l’acharnement d’une politique gouvernementale et européenne injuste et inefficace, le pluralisme politique est plus que jamais nécessaire.

Le temps électoral est un moment de l’engagement politique. Nous allons poursuivre, sous d’autres formes, le travail engagé au cours des derniers mois pour faire connaître et enrichir nos propositions et nos solutions pour la grande région. Comment ?

D’abord par une veille permanente sur les décisions prises par la nouvelle collectivité régionale. Comme nous l’avons indiqué lors de la campagne, nous serons extrêmement attentifs au risque de ruptures des politiques publiques par une aggravation des inégalités territoriales. Nous proposerons, à l’échelle de chaque département, la mise en place d’un observatoire citoyen – composé d’acteurs de la vie locale, de militantes et militants associatifs, de syndicalistes, d’élus locaux – pour suivre, au plus près des territoires, les effets d’une réforme territoriale privilégiant la concurrence aux coopérations, la concentration des richesses aux partages. Le maintien et le développement des services publics locaux feront l’objet d’une campagne de proximité.

L’emploi reste la préoccupation première du plus grand nombre. La politique régionale d’aides aux entreprises ne peut plus se passer de l’ »expertise et des propositions du monde du travail et des représentants des salariés. Là encore, osons la démocratie et la transparence. Seuls des comités de suivis et d’évaluation, à l’échelle des bassins d’emplois, peut permettre d’y voir plus clair sur l’utilisation réelle des fonds publics par les entreprises. Nous ferons des propositions précises au nouvel exécutif régional et nous sommes prêts a y apporter notre contribution. L’interpellation des banques est indispensable. Elles doivent assumer leur responsabilité territoriale.

Une question va être posée plus fortement au cours de la prochaine période : quel avenir pour la jeunesse ? Alors que F.Hollande s’était engagé à en faire la grande priorité de son quinquennat, rien n’a été réglé. Les récentes annonces sur l’apprentissage et le service civique ne sont pas au niveau des enjeux. Nous appelons à une conférence régionale, ouverte à la société civile, aux organisations de la jeunesse, pour véritablement avancer sur des dispositifs opérationnels et garantissant l’autonomie des jeunes et leur insertion sociale et professionnelle.

Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF. Le 4 janvier 2015.




Adresse du HDP aux parlementaires et autres élus en France et dans d’autres pays

Jean-Jacques Le Masson a reçu le texte suivant d’une camarade kurde de Turquie, rencontrée à Diyarbakir à l’occasion de la mission d’observation des élections législatives turques de juin et de novembre. Il s’agit d’un courrier daté du 31 décembre et signé des deux vice-présidents du groupe parlementaire du HDP : Idris Baluken et çaglar Demirel, adressé aux parlementaires et autres élus en France et dans d’autres pays. Ce texte rappelle les circonstances qui ont conduit à l’arrêt du processus de paix engagé (...)

Lire la suite...

Pour construire un autre futur !
Souscrivez ! Adhérez !

Les élections régionales traduisent une situation pleine de risque où le pire ne peut plus être écarté pour l’avenir de notre pays. Elles sont à marquer d’une pierre noire dans son histoire. Le FN arrive en tête dans 6 régions et la gauche a perdu 16% entre 2010 et 2015. Ces résultats sont le fruit de la grave crise économique, sociale, politique et morale que traverse notre pays, où le peuple est épuisé par les politiques d’austérité mises en place depuis 2008. La traduction de cette réalité dans notre (...)

Lire la suite...

2d tour des régionales : Déclaration de Pierre Laurent

Les résultats du second tour des élections régionales sont marqués par le sursaut de mobilisation des électrices et des électeurs, avec près de 9 % de participation supplémentaire. Manifestement, les votants ont ressenti comme un grave danger pour la démocratie, l’élection du Front national à la présidence de régions. Ils ont empêché cette menace de se concrétiser. Le Parti communiste, qui avait appelé à battre le FN dès dimanche soir, pousse un ouf de soulagement. Ce sera un atout dans la bataille à venir (...)

Lire la suite...

MAÎTRISER LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE : ACTIONS EFFICACES OU SIMULACRES ? PAR PAUL SINDIC

Le danger majeur que constitue le réchauffement climatique nécessite de consacrer à ce problème tous les moyens humains et financiers nécessaires, dès que possible, dans l’équivalent de ce qu’ont pu être dans le passé des efforts de guerre visant à la survie d’une nation. L’avenir des générations futures dépend déjà de la manière dont les générations actuelles prendront ou non rapidement conscience de la nécessité de maîtriser le réchauffement climatique, susceptible d’affecter sérieusement, voire de menacer, (...)

Lire la suite...

Hendaye
Position du PCF 64 sur " l’Appel de Bagoaz et la situation des prisonniers "

Le PCF 64 rappelle que, sur la question des prisonniers détenus et condamnés en France, ses parlementaires sont toujours intervenus pour qu’ils bénéficient d’un rapprochement familial, allant même jusqu’à proposer, lors de l’élaboration de la loi de (...)

Hendaye
Sans titre

MEILLEURS VŒUX POUR L’ANNÉE 2016

Hendaye
Communiqué des 12 fédérations du PCF de la région Aquitaine, limousin, Poitou Charentes :

Nous remercions les dizaines de milliers citoyens et citoyennes qui, en votant pour la liste du Front de gauche, se sont prononcés pour un projet résolument social et démocratique, "l’Humain

Hendaye
DES CRAQUEMENTS SINISTRES SE FONT ENTENDRE DANS L’ECHAFAUDAGE DE LA REPUBLIQUE

Hendaye
AVIS SUR LE SCHEMA DEPARTEMENTAL DE COOPERATION INTERCOMMUNALE (SDCI) Par PCF 64

Hendaye
Attentat d’Ankara : "Paris doit cesser son soutien à la politique d’Erdogan"

Pau et agglomération
VENDREDI 02 OCTOBRE 2015 17H30 - Conférence-débat avec Gérard Le Puill auteur de « L’écologie peut encore sauver l’économie »

Pau et agglomération
Communiqué septembre 20145 : Subvention aux associations à Pau

Hendaye
Rentrée scolaire Nos enfants méritent mieux qu’une école low-cost !


Congrès du Pcf

2 au 5 juin 2016 - 37e Congrès du PCF

video du moment



adherer au pcf

PDF - 55.3 ko
bulletin abonnement les nouvelles des Pyrénées Atlantiques

PCF
l'Humanite
ANECR
MJCF
UEC
Olivier Dartigolles
region acquitainejeunes communistes pyrénées-atlantiques

 
Mentions légales - rss RSS

Fédération du Parti Communiste Français des Pyrénées-Atlantiques

50, avenue Jean Mermoz - 64000 PAU - t. 05.59.62.03.59 - f. 05.59.62.12.15

fait avec spip