Élections en Espagne : un signal pour toute l’Europe

Après les Grecs, ce sont les Espagnols qui viennent d’exprimer avec force le besoin de changement politique dans leur pays. Les résultats des élections régionales et municipales en Espagne sont un signal pour toute l’Europe. Le PP perd 40 % de ses votes et le PSOE 12,5 % : les politiques d’austérité sont sanctionnées une nouvelle fois. C’est la fin d’une époque, celle de la transition post-franquiste, celle du règne du néolibéralisme flanqué d’un système politique bipartisan et corrompu. Les citoyens espagnols ont placé les questions sociales et démocratiques au cœur de leur choix. C’est à la mode en Europe et tant mieux !

Je me réjouis des bons résultats des coalitions de gauche, incluant Izquierda Unida, Podemos et des représentants-es des forces sociales en mouvement contre l’austérité. Elles sont en passe de l’emporter à Madrid, Barcelone et dans de nombreuses villes. Elles sont le signe qu’une alternative de gauche est non seulement souhaitée par des centaines de milliers d’Espagnols, mais surtout possible. J’invite toutes celles et ceux qui veulent en savoir plus, rencontrer nos amis européens et construire un projet solidaire et démocratique pour l’Europe de demain, à se rendre samedi et dimanche prochain au Forum européen des alternatives, à Paris, place de la République.

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF
Président du Parti de la gauche européenne

RÉFORME DES COLLÈGES

1- La réforme des collèges proposée par le Gouvernement est une machine à renforcer les inégalités sociales et scolaires

2- Pourtant, après les attentats, tous étaient d’accord pour une école qui produise du commun et du partage

3- Urgence : des postes pour le collège, des moyens et de la formation pour les enseignants, pour que chaque élève acquière les connaissances pour relever les défis de notre siècle

Erreur de diagnostic

Selon Mme Vallaud-Belkacem, les difficultés rencontrées par les élèves au collège tiendraient au caractère trop théorique – et donc ennuyeux – de l’enseignement. Il suffirait de mettre en place des enseignements plus « pratiques » pour faire réussir tous les enfants. Ajoutez à cela les parcours individualisés, vous aurez la réforme du collège. Pourtant, le collège scolarise des futurs citoyen-es qui passent en quatre ans de l’enfance à l’adolescence. Et le bilan est sans appel  : les inégalités scolaires se creusent, toujours plus fortement corrélées aux inégalités sociales.

L’individualisation n’a jamais permis de lutter contre les inégalités.

Au contraire, elle isole les élèves dans la difficulté. Associée à l’autonomie des établissements, elle accroît les inégalités et met en concurrence les enfants, les personnels et les territoires. Elle somme les plus en difficulté de choisir précocement leur avenir alors qu’ils n’ont ni les clés ni le temps pour construire leur ambition à partir de ce qu’ils sont réellement et non à partir de l’image d’eux-mêmes que la société leur renvoie. Pourtant, après les attentats de janvier, tout le monde semblait d’accord pour exiger de l’école qu’elle produise du commun, qu’elle enseigne le partage et la coopération. Si nous voulons aller dans cette direction, il est grand temps de rompre avec ces logiques libérales.

Urgent de redonner du sens aux apprentissages

Aux enfants, il faut donner le temps d’apprendre des savoirs complexes et de se les approprier. C’est pourquoi le PCF demande l’allongement de la scolarité obligatoire et s’oppose à toutes les tentatives de réduire le temps passé à l’école. Les enseignants aussi ont besoin d’une entrée dans le métier plus progressive, d’une formation initiale et continue ambitieuse et d’heures de service consacrées au travail en équipe. Pourvu qu’on y mette les moyens, loin de devoir se contenter de quelques «  savoirs de base  », chaque élève est capable de relever ce défi intellectuel. La vitalité des pratiques culturelles de nombreux jeunes issus des milieux populaires le montre.

Des moyens pas à la hauteur

Alors que depuis plusieurs semaines, des collèges se battent pour obtenir les moyens humains nécessaires pour enseigner dans des conditions à peine correctes, la Ministre n’en fait mention à aucun moment. Les postes supprimés par la droite n’ont toujours pas été recréés, les élèves arrivent plus nombreux au collège, les classes sont surchargées, les professeurs absents ne sont plus remplacés. Comme tous les services publics, le collège subit une politique d’austérité qui accroit les inégalités.

Le nouveau collège n’a pas grand chose d’unique

Le gouvernement prend prétexte de difficultés réelles pour en finir avec l’ambition d’une scolarité commune. La gratuité ne doit pas dépendre de collectivités locales plus ou moins riches, plus ou moins engagées dans la réduction des inégalités. La réussite des élèves ne doit pas dépendre des familles, ni de dispositifs d’« aide aux devoirs » marchands ou bénévoles. Au contraire, toute l’école doit être refondée sur le modèle de l’élève qui n’a qu’elle pour réussir.

L’autoroute ferroviaire : Un mauvais projet parti d’une bonne idée

Le projet d’ « autoroute ferroviaire » de Dourges, dans le Pas de Calais, à Tarnos est abandonné.

Cette décision inévitable est une bonne décision.

L’idée de transférer le fret routier sur le fret ferroviaire est une idée que nous défendons au conseil régional d’Aquitaine. De même, nous nous battons contre la casse du transport ferroviaire, que ce soit le transport de passagers ou le transport de marchandises.

La loi Macron est un élément important de l’aggravation de cette politique qui vise, depuis plusieurs années, à affaiblir le service public de la SNCF, au profit du transport routier. D’abord des marchandises, puis maintenant des personnes avec les autocars de M. Macron.

Les efforts faits par l’Aquitaine pour développer cette compétence transmise à la région sont incontestables. Mais ils se heurtent à la logique gouvernementale de baisse des dotations pour les services publics, et aux décisions européennes de privatisation de ces missions. Il y a là, chez les dirigeants socialistes régionaux, une contradiction de fond qu’il leur faudra bien résoudre.

La remarque du ministre landais, M. Vidalies, selon laquelle ce projet a été abandonné parce qu’il n’était pas rentable financièrement, est typique de la perte de sens des socialistes gouvernementaux. L’utilité d’un service public doit être appréciée au regard de son intérêt social et écologique. De ce point de vue, l’idée de transférer sur le rail les marchandises actuellement transportées par des milliers de camions sur des routes ou des autoroutes payées par la collectivité est bonne, et s’oppose à la politique inverse mise en œuvre depuis des années. La crise énorme qui secoue ces jours-ci le transport routier est par ailleurs un exemple des luttes que se livrent entre eux les groupes capitalistes du transport, au détriment des salaires et des conditions de travail des conducteurs routiers.

L’aberration de ce projet était de faire aboutir le rail dans un cul de sac, juste avant les quelques dizaines de kilomètres les plus embouteillés de la côte basque. Les élus et la population de Tarnos manifestaient depuis des années contre le « Terminal de l’Autoroute Ferroviaire à Tarnos. » Ils ont été entendus. Nous nous en réjouissons.

Nous reprenons le communiqué du maire de Tarnos : « Nous devons néanmoins rester constructifs et réfléchir ensemble, dès maintenant, aux modes de transport de marchandises qui répondront aux besoins de nos entreprises demain tout en respectant notre cadre de vie. Cette réflexion devra être collégiale et associer tous les acteurs de notre territoire. »

Isabelle Larrouy, Alain Baché
Conseillers régionaux d’Aquitaine (Front de gauche)




Célébrons la Résistance unie : hommage à Jean Lagrèze

Intervention d’Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF, conseiller municipal de Pau. Pau, le 27 mai 2015. Nous somme ici réunis pour dire notre attachement à une Résistance unie, pour honorer la mémoire d’un héros de la Résistance, Jean Lagrèze, et pour faire vivre, aujourd’hui, les idéaux, les valeurs et les réalisations du Conseil national de la Résistance. Ce soir, place du Colonel Fabien, à Paris, Pierre Laurent et la direction nationale du PCF rappelleront le rôle des militants communistes au (...)

Lire la suite...

Le gouvernement reporte l’entrée en vigueur du compte pénibilité pour satisfaire la droite

Alors que la majorité de droite au Sénat avait adopté, lors de l’examen de la loi Macron, la suppression de la fiche individuelle de pénibilité et limité à trois facteurs : le travail de nuit, le travail en équipes successives alternantes et le travail en milieu hyperbare les facteurs de pénibilité, le gouvernement recule en reportant l’entrée en vigueur du compte pénibilité. En cédant ainsi, aux cris d’orfraie de certains patrons qui estiment la fiche individuelle comme une tâche bureaucratique impossible (...)

Lire la suite...

Nay, Boucau : la Résistance, toute la Résistance sans faire de tri, et ses acquis

Le 27 mai, quatre grandes personnalités, Geneviève Anthonioz-de Gaulle, Germaine Tillon, Jean Zay et Pierre Brossolette, entrent au Panthéon. Pour quelle raison le Président a-t-il choisi d’honorer tous les courants de la résistance à l’exclusion des communistes tels Missak Manouchian, Marie-Claude Vaillant-Couturier ou Martha Desrumaux ? Il y a 70 ans – le 8 mai 1945 - la France et l’Europe étaient libérées du nazisme et de la collaboration. Le 27 mai les sections de Nay et de Boucau du PCF (...)

Lire la suite...

Hommage à Jean Lagrèze mercredi 27 mai 2015

Ouvrier plâtrier, indigné par la guerre du Rif que mène en son nom la 3ème République au Maroc, Jean Lagrèze adhère au PCF à l’âge de 20 ans. Il devient responsable du syndicat du bâtiment de la CGT U. Commence une vie de lutte incessante : Avec d’autres camarades il organise l’aide à l’Espagne républicaine. Pour avoir manifesté le 28 mai 1934 contre la venue à Pau de Philippe Henriot, futur ministre pro hitlérien sous Vichy, il est incarcéré un mois et condamné à une amende. Il y perd son emploi d’ouvrier (...)

Lire la suite...

Hendaye
Réforme des collèges - Une machine à renforcer les inégalités sociales et scolaires

1- La réforme des collèges proposée par le Gouvernement est une machine à renforcer les inégalités sociales et scolaires 2- Pourtant, après les attentats, tous étaient d’accord pour une école qui produise du commun et du partage 3- Urgence : des postes (...)

Hendaye
COMMUNISTES

Après le 1er MAI............30/31 MAI à Paris, forum européen des alternatives, CHANGER DE CAP EN FRANCE ET EN EUROPE lire dans "communistes" page 2 à télécharger .............

Hendaye
DEMACRONISONS L’ECOLE CONSTRUISONS L’EGALITE !

L’austérité à l’école, c’est plus de division, d’exclusion, de sélection, moins d’ambition pour tous. Les belles promesses de François Hollande sur la jeunesse durant sa campagne, ses déclarations sur l’esprit du 11 janvier, ont fait place à la réalité (...)

Hendaye
communistes

Hendaye
Message de soutien à notre camarade Ian Brossat, élu communiste de Paris, victime de tweets homophobes et haineux et qui a décidé de porter plainte.

Hendaye
La LAICITE en question

Hendaye
JEUDI 9 AVRIL manifestation Bayonne 10h30 place sainte Ursule

Hendaye
Rail.com, journal des cheminots communistes

Hendaye
Réponse des candidats "majorité départementale" canton Hendaye Côte Basque Sud


1er Mai

Bayonne 11h00
Place St Ursule

Hendaye 11h00
devant la Mairie

Mauléon 10h30
Centre multi-services

Oloron 10h00
Place de la Mairie

Orthez 10h00
Places d’armes

Pau 11h00
Place de Verdun

video du moment

Pierre Laurent (PC) : « On économise sur la... par rfi

adherer au pcf

PDF - 55.3 ko
bulletin abonnement les nouvelles des Pyrénées Atlantiques

PCF
l'Humanite
ANECR
MJCF
UEC
Olivier Dartigolles
region acquitainejeunes communistes pyrénées-atlantiques

 
Mentions légales - rss RSS

Fédération du Parti Communiste Français des Pyrénées-Atlantiques

50, avenue Jean Mermoz - 64000 PAU - t. 05.59.62.03.59 - f. 05.59.62.12.15

fait avec spip